Bandeau
AVL3C Vexin Zone 109
Association Vexinoise de Lutte Contre les Carrières Cimentières

Association Vexinoise de Lutte Contre les Carrières Cimentières

La cimenterie de Gargenville : un problème de santé majeur !!!
logo imprimer

Propriétaire de la cimenterie Calcia de Gargenville, la multinationale HeidelbergCement veut ouvrir une nouvelle carrière de calcaire à Brueil-en-Vexin.
Ce projet vise à maintenir en exploitation une cimenterie vétuste dont le « process de fabrication » est parmi les plus polluants de la planète : émission dans l’atmosphère de 1000 tonnes de CO2/jour, des oxydes d’azote, des particules fines PM10, PM2.5 …, tout cela dans une zone classée par le Préfet de région en « zone sensible » du point de vue de la pollution de l’air.

Peut-on, d’un côté, déclarer que l’air d’un territoire est anormalement pollué, qu’il faut y restreindre l’implantation d’installations ajoutant à la pollution et, de l’autre, maintenir pour des décennies un des principaux pollueurs identifiés ?
De quoi révolter les habitants, quand ils découvrent que le projet est soutenu par l’Etat, au détriment des enjeux de santé publique.

Six questions, et nos réponses :

 1 Qu’est-ce que cette « zone sensible » où nous vivons ?

Elle est délimitée par le : « Plan de protection de l’atmosphere (PPA) pour l’IDF" (révision approuvée 25 mars 2013 par le préfet de région et le préfet de police).
Cette zone a été définie par rapport aux dépassements de la valeur limite annuelle des oxydes d’azote et des PM10. Pour notre département y figurent 87 communes ( pages 219-220 du PPA) dont Evecquemont, Follainville-Dennemont, Gaillon-sur-Montcient, Gargenville, Hardricourt, Issou, Juziers, Limay, Magnanville, Mantes-la-Ville, Mantes-la-Jolie, Meulan, Mézy, Les Mureaux, Porcheville.
Extrait du PPA pour l’Ile de France : « Les groupes les plus sensibles à la pollution de l’air sont les enfants, les personnes atteintes de pathologies particulières respiratoires et/ou cardiovasculaires, ainsi que les personnes âgées ».
Voir le résumé.

 2 Pourquoi est-ce si polluant, de produire du ciment ?

Le ciment est une poudre finement broyée, obtenue à partir de calcaire et d’argile… La réaction chimique de base commence avec la décomposition du carbonate de calcium (CaCO3) en chaux (oxyde de calcium, CaO). Ce processus appelé « calcination » est suivi de la cuisson du clinker ou « clinkérisation » pendant laquelle l’oxyde de calcium réagit à haute température (entre 1400°C et 1500°C) avec la silice, l’alumine et l’oxyde ferreux pour former des silico-aluminates de calcium composant le clinker. Celui-ci est ensuite broyé et mélangé à du gypse et à d’autres constituants ce qui permet d’obtenir le ciment.
Cette fabrication produit d’énormes quantités de CO2. Au total, la fabrication d’une tonne de ciment CEMI (ciment Portland) = 0.9 tonne de Co2.
Une cimenterie comme celle de Gargenville rejette donc de 350 à 450 000 tonnes de CO2 chaque année dans l’atmosphère. Or l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère a des conséquences sur la planète, réchauffement climatique etc, sur la biodiversité et la santé.

En plus des énergies fossiles qu’elle utilise, l’industrie du ciment brûle différentes sortes de déchets industriels (pneus, huiles usagés, farines animales etc.), ce qu’on appelle les combustibles « de substitution » avec un agrément spécifique de l’Etat, dérogatoire et très avantageux. Ainsi, les émissions de CO2 liées à l’incinération de déchets ne sont pas comptabilisées » (JO des Communautés Européennes, 31/12/1994). Or leur proportion ne fait qu’augmenter.

 3 Qu’en est-il “des quotas de CO2” ou “droits à polluer” ?

Le système dit des “quotas” est un élément central de la politique européenne climatique dans le cadre du Protocole de Kyoto ( 2005). Il concerne 11 000 installations industrielles représentant plus de 40 % des émissions européennes de gaz à effet de serre.
Principe : les États imposent un plafond sur les émissions de Co2 et distribuent les quotas d’émission. Les entreprises assujetties ont ensuite la possibilité d’échanger ces quotas, celles qui en ont trop peuvent les revendre : un prix à la tonne de CO2 se forme sur un marché. Le prix du CO2 en septembre 2014 était d’environ 5 €/t CO2, alors qu’il dépassait 30 €/t en 2008, année où a été adopté le Paquet Energie-Climat.
Actuellement, les règles d’allocation sont fixées au niveau communautaire. Pour la cimenterie de Gargenville le montant des quotas de CO2 en tonnes affectés par l’Etat à titre gratuit pour la période de 2013 à 2020 est de :

2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
274256 269492 264672 259803 254880 249910 244878 239826

Tableau source : Journal officiel de la République du 14/02/2014. Ministère de l’Ecologie…

 4 Une cimenterie génère-t-elle d’autres pollutions de l’air ?

D’autres polluants très nocifs pour la santé sortent aussi de la cheminée comme le récapitule le tableau ci-dessous.
1-La cheminée avec des fumées composées de nombreux polluants
Les caractéristiques des rejets à l’atmosphère, après traitement et notamment le débit des effluents, les concentrations et les flux des principaux polluants sont inférieures ou égales aux valeurs fixées dans les tableaux suivants (2 et 3) :

Polluants et leurs composés
Colonne 1
Concentration journalière
(mg/Nm3sauf précisé)
Colonne 2
Flux journalier(kg/jsauf précisé)
Colonne 3
Effet sur la santé
Colonne 4
Poussières 30 190 Voie respiratoire, cardio vasculaire…
Dioxyde de souffre SO2 50 1128 Gaz irritant, toux, gêne respiratoire
Oxydes d’azote NOx 800 4800 Irritation oculaire et respiratoire. Affecte le système cardio vasculaire. Effet cancérigène
Chlorure d’hydrogène HCI 10 38 Irritation oculaire et respiratoire
Ammoniac NH3 30 130 Irritant et corrosif pour les yeux, la peau et les voies respiratoires
Fluorure d’hydrogène HF 1 8 Irritation accompagnée de lésion hépatique, rénale, osseuse, dentaire. diminution de la fertilité, effet sur le développement du fœtus.
Dioxines et furannes 0.1ng/Nm3 0.4 mg/j Augmentation de risque de pathologie ancéreuse, malformation congénitale, toxicité fœtale.
Substances organiques exprimées en Carbone Organique Total (COT) 20 77 Paramètre composite dans l’évaluation de la pollution organique de l’eau.
Cadmium + Titane Cd+Ti 0.05 0.8 Néphrotoxique, cancérigène avéré
Mercure Hg 0.05 0.8 Neurotoxique puissant reprotoxique
Métaux :Antimoine , Arsenic, Plomb,
Chrome, Cobalt,
Cuivre, Manganèse
Nickel, Vanadium.
0.5 4 Quelques exemples
Arsenic : Lésions cutanées, troubles digestifs, cancérigène avéré.
Vanadium : irritation des poumons gorge,yeux,trouble digestif…

Tableau :
Colonne 1, 2,3:source arrêté préfectoral Préfecture des Yvelines N° 2011 280 0006 du 7 octobre 2011.
Colonne 4 :Ammo Poitou Charentes, INERIS,INRS,INVS Ministère du travail,Cancer environnement.

2-Des poussières, et des particules fines
En plus du four, il y a aussi :

Installation génératrice de poussière
Colonne 1
Concentration journalière
mg/Nm3
Colonne 2
Flux journalier
kg/j
Colonne 3
Effet sur la santé
Colonne 4
Refroidisseur à clinker 100 240 Voie respiratoire, cardio vasculaire…
Broyeurs à ciment 30 108 Voie respiratoire, cardio vasculaire…
Broyeur à charbon 30 7.2 Voie respiratoire, cardio vasculaire…

Tableau 3 :
Colonne 1,2 et 3:source arrêté préfectoral Préfecture des Yvelines N° 2011 280 0006 du 7 octobre 2011.
Colonne 4 :Ammo Poitou Charentes, INERIS,INRS,INVS Ministère du travail, Cancer environnement.

Remarque
Total des poussières pouvant être émises sur Gargenville environ 545 kg/j (tableau 2+3)

3-Un trafic routier très important.
Environ 83% du ciment, 442 350 tonnes, (chiffres Calcia 2012) quitte l’usine en camion : 17 694 allers et autant de retours. Sur une année de 250 jours ouvrés : plus de 140 allers-retours quotidiens. Des tonnes de Co2 en plus.

 5 Les particules fines : qu’est-ce que c’est ? Quels effets sur la santé ?

Dans l’étude Air Parif de 2011 les particules considérées sont les PM 2.5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètres ou micron) et PM10 (diamètre inférieur à 10 micromètres ou micron).
Les trois secteurs qui contribuent le plus aux émissions de PM10 sont l’industrie, 30% (les principaux émetteurs de PM 10 sont les chantiers et travaux du BTP, les carrières, les aciéries..,), le trafic routier (25%), le résidentiel tertiaire 25%.

La pollution de l’air aux particules fines est la cause de 9% des décès annuels en France selon une étude de l’Institut de veille sanitaire ( INVS) devenu récemment agence Santé publique France. Celle-ci écrivait en juin 2016 que plus de 48.000 décès pourraient être attribués chaque année aux particules très fines, dont plus de la moitié dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants. « Par différents mécanismes dont le stress oxydatif et l’inflammation, l’exposition à la pollution de l’air contribue au développement de maladies chroniques telles que des maladies cardiovasculaires, respiratoires ou encore neurologiques, et des cancers ».
Plusieurs études tentent de chiffrer le coût de la pollution de l’air pour la société française. Le Commissariat général au développement durable (CGDD, 2013) l’estimait entre 20 et 30 milliards d’euros par an. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses, 2014) l’évaluait à un minimum de 19 milliards d’euros par an. Pour« Clean air for Europe » (un programme de la Commission européenne), il se situe entre 70 et 100 milliards d’euros.

 6 Le projet « Grand Paris n’implique-t-il pas d’énormes besoins de ciment ?

L’un des principaux arguments de l’industriel et de l’Etat pour justifier le maintien de l’usine et l’ouverture d’une nouvelle carrière, c’est qu’on a besoin de produire le ciment à proximité des chantiers.
Cela fait sourire quand on découvre que pour le chantier du Grand Paris et le prolongement de la ligne de métro 14, les 20 000 tonnes de ciment nescessires proviendront de l’usine Calcia de Rombas située dans la région de Metz (57) à près de 350km.
D’autre part, l’industriel entretient la confusion entre besoin (réel) de granulats (sable, graviers...) et besoin de ciment (aucune pénurie, selon l’industrie cimentière elle-même ).
Quatre cimenteries Calcia à moins de 250 km de Paris pourraient reprendre la production.

Une cimenterie vétuste n’a plus sa place dans la 4e couronne de la banlieue parisienne

Les enjeux de santé exigent que le projet de carrière à Brueil-en-Vexin soit abandonné et l’usine de Gargenville reconvertie.

Forum
Répondre à cet article

_______________

Membre de



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.25