Bandeau
AVL3C Vexin Zone 109
Association Vexinoise de Lutte Contre les Carrières Cimentières

Association Vexinoise de Lutte Contre les Carrières Cimentières

Vexin : les opposants à la carrière sous les fenêtres du ministère

Le Parisien, Par Virginie Wéber, Le 27 juin 2019 à 18h29, modifié le 27 juin 2019 à 19h53
France-bleu

logo imprimer

Casquette rouge sur la tête, salopette bleue, « l’enfant emblématique » de la vallée de Seine, baptisé Rémi, est venu manifester avec une trentaine d’élus des Yvelines et du Val-d’Oise devant le ministère de la transition écologique (Paris VIIe), ce jeudi. « C’est un mannequin en plastique qui a un flacon de Ventoline. Il symbolise les enfants malades à cause de la pollution », explique Philippe, un habitant de Juziers. Ce militant de l’association de défense de l’environnement AVL3C a fait lui aussi le déplacement avec d’autres membres, inquiets par le projet d’extension de carrières de calcaire Calcia-HeidelbergCement à Brueil-en-Vexin.

« La voix des territoires doit pouvoir compter dans la prise de décision de l’exécutif », insiste Cyril Nauth, maire (RN) de Mantes-la-Ville, qui a fait le déplacement « pour soutenir M. Caffin », le maire (DVD) de Brueil-en-Vexin, à l’origine de ce rassemblement. « On sollicite l’avis des élus communautaires sur le projet de carrières, une majorité s’est exprimée contre l’extension mais finalement, on n’en tient pas compte. On se demande à quoi on sert ! », peste-t-il.

Le président de la fédération des parcs naturels régionaux de France, Michaël Weber, regrette également « le manque de débat » sur ce dossier. « En dehors de l’évocation de la carrière dans la charte à la création du PNR du Vexin en 1995, il n’y a pas eu de concertation avec le PNR dans cette affaire », s’étonne-t-il.

Un nouveau rassemblement « d’envergure » prévu les 6 et 7 juillet

Le projet a été validé par deux arrêtés ministériels. La première phase prévoit ainsi une emprise de 104 ha sur Brueil-en-Vexin, soit 1/3 de la superficie de la commune, sur une durée de trente ans. Le déboisement et la préparation du terrain pourraient potentiellement débuter dans les mois à venir.

« On a ramené les délibérations des conseils municipaux de toutes les communes, toutes les contributions données dans le cadre de l’enquête publique et 2 300 signatures de soutien apportées lors du Grand débat national », précise Bruno Caffin, conscient que son « action reste très symbolique ».

Une délégation composée des maires de Sailly, Fontenay-Saint-Père et Brueil-en-Vexin, de la conseillère régionale (EELV) Ghislaine Senée, du député européen (EELV) Mounir Satouri, député européen (EELV), du député (LR) Michel Vialay, de la conseillère départementale (LR) Cécile Dumoulin et de Michaël Weber a été reçue par un conseiller du ministre.

« Il nous a poliment écoutés, c’était un échange où chacun a donné ses arguments mais il n’y a pas eu de vrai dialogue, regrette Mounir Satouri. Ce sujet est un sujet national voire européen qui rassemble des élus de tous bords politiques. Nous ne nous laisserons pas faire. »

Autre article de France Bleu : Paris : des maires d’Ile-de-France se réunissent devant le ministère de l’Ecologie contre le cimentier Calcia


_______________

Membre de



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.57
Pour produire une couche de 18 centimètres de terre arable, la nature a besoin de 1400 à 7000 ans, à raison de 0,5 à 2 centimètres par siècle.